Christian GODOT Artiste peintre

Présentation

La trace

PUER NATUS EST

Huile sur toile - 130 x 93 cm - décembre 2005

La lumière se définit par l'ombre qui la cerne, la précise en lui donnant une forme. Nul ne saurait voit l'éclat des êtres et des choses , si le jour, jouant sur la matière n'y laisse une trace: c'est un rayon de soleil qui s'accroche sur les feuilles ou un brindille pour les faire briller de mille feux. C'est aussi cette poudre d'or qui miroite sur la neige ou dans l'épaisseur d'un brouillard.

tel est le sens des choses que l'on ne peut voir, mais que la trace révèle.

 

L'altération signe d'altérité

MARDOCHEE

Huile sur toile - 92 x 73 cm - juin 1996

Le temps et l'usage des choses, laisant aux regards leurs empreintes. Une coulure de rouille sur la pierre montre le travail des âges . La souillure d'une patine rehausse la sculpture en l'inscrivant dans l'histoire.

La couleur garde la trace de l'inconnu. Les taches sur un objet, le passage des doigts manifestent le geste de celui qui s'en est servi. Au détour de ces marques que l'on laisse comme une empreinte, c'est l'autre qui se révèle.Une personne que l'on ne voit pas, que l'on ne connait pas, mais que l'on devine subtilement.

 

La forme au creuset de la Parole

Le Combat de Jacob

Huile sur toile -

Les formes et les couleurs ne sont pas des éléments plastiques isolés, elles créent des atmosphères, des ambiances .

De la même manière les versets bibliques se renvoient les uns aux autres, créant ainsi toute une chaine de contextes qui permettent de percevoir un personnage, un lieu ou un temps. Il y a une consonnance étroite entre les jeux picturaux et l'ambiance biblique.

Tous deux sont comme des facettes d'une même pierre, l'un donnant le reflet de l'autre et réciproquement.

Les titres donnent les premiers éléments du texte à la manière des titres des antiennes grégoriennes, la toile devient commentaire, partie rendue présente de la parole, qui joue d'une forme à l'autre.